[phpBB Debug] PHP Notice: in file /var/www/templehoradrim.fr/includes/connexion.php on line 8: mysql_connect(): Headers and client library minor version mismatch. Headers:50544 Library:50625
 Nouvelle Tristram - Temple Horadrim • Diablo

Membres
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

J'ai oublié mon mot de passe
Créer son compte.
Connexion automatique



Le Temple

Dossiers

Vidéos


Nouvelle Tristram

D'après le manuscrit d'Abd el-Hazir Extrait n°0016

Nous avons tous entendu les histoires associées à Tristram. La seule mention de ce nom évoque des images de monstres morts-vivants, de possession démoniaque, de monarques poussés à la folie, et, bien sûr, de la plus célèbre de toutes ces légendes : la libération du seigneur de la Terreur. Même si, de nos jours, beaucoup soutiennent que c’est une moisissure spéciale du pain ou peut-être une contamination de l’eau qui aurait donné à la population des visions démentes, j’en ai pour ma part trop vu lors de mes divers voyages pour écarter toutes ces histoires d’un revers de la main. Dans ce contexte, je dois bien dire que mon séjour à ce qui s’appelle maintenant « la Nouvelle-Tristram » s’est révélé être une relative déception.

La Nouvelle-Tristram existe depuis plusieurs années, même si la date exacte de sa fondation est incertaine. Ce qui n’était au départ qu’un rassemblement de marchands cherchant à exploiter les aventuriers et voyageurs attirés là par les légendes de trésors enfouis dans la vieille cathédrale, a lentement pris racine pour devenir une ville à part entière. Mais une fois la cathédrale dépouillée jusqu’à l’os, aventuriers et voyageurs ont cessé d’affluer, et la ville a commencé à décliner. Désormais, elle n’est presque plus composée que de cabanes déprimantes, et l’auberge est le seul bâtiment qui semble vaguement habitable.

Avant de quitter cet endroit lugubre, j’ai été coincé par un vieil excentrique qui semblait disposer d’une réserve inépuisable d’anecdotes et de sagesse traditionnelle à partager. Il m’a longuement expliqué qu’il restait de grandes richesses sous la cathédrale, sous la forme d’antiques grimoires regorgeant de connaissances anciennes. Je veux bien le croire sur parole, car je dois bien admettre que, même si j’ai effectivement exploré les ruines calcinées de la « vieille » Tristram, je n’ai pas eu l’estomac assez trempé pour faire plus que quelques pas hésitants à l’intérieur de la légendaire cathédrale.



Le lecteur requiert Flash