[phpBB Debug] PHP Notice: in file /var/www/templehoradrim.fr/includes/connexion.php on line 8: mysql_connect(): Headers and client library minor version mismatch. Headers:50544 Library:50625
 Les Marches - Temple Horadrim • Diablo

Membres
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

J'ai oublié mon mot de passe
Créer son compte.
Connexion automatique



Le Temple

Dossiers

Vidéos


Les Marches

D'après le manuscrit d'Abd el-Hazir Extrait n°006

Après ma rencontre avec le féroce térébrant des dunes, on pourrait considérer comme normal que j’hésite à m’aventurer dans les étendues désertiques qui entourent Caldeum. Ceux qui ont posé pied sur le paysage jaune et ardent des Marches et contemplé ces kilomètres de sable nu grouillant de créatures terrifiantes partageraient sûrement ce sentiment.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Par le passé, j’aurais pu m’y aventurer sans avoir à craindre pour ma sécurité. Bien que les Marches comptent parmi les milieux les plus cruels de notre monde, même ces terres mortellement dangereuses ne pouvaient résister à la fière détermination de Caldeum à son apogée.

Les Marches comptaient à l’origine pour seule population les prospecteurs les plus endurcis (d’aucuns diraient les plus déments), et ce jusqu’à ce que la grande cité militaire de Lut Bahadur (littéralement « la ville de la porte ») soit bâtie afin de confiner les lacunis dans leurs habitations troglodytes à une distance sûre de Caldeum. La garde solitaire de Lut Bahadur sur ces étendues désolées prit fin il y a quatre cents ans, lorsqu’un précieux minerai fut découvert dans la région appelée les Vents cinglants. La ville d’Alcarnus devint rapidement le centre de toutes les activités minières de la région, tandis que plusieurs campements de taille plus modeste apparurent à sa suite. Lorsque l’oasis de Dahlgur fut découverte et qu’une troisième ville y fut construite, la domination de Caldeum sur les Marches fut parachevée. Les Marches pouvaient compter sur un ravitaillement régulier en vivres et en eau grâce aux caravanes de Dahlgur, protégées par la puissante garde des dunes de Caldeum.

Mais Hakan II, notre jeune et inexpérimenté souverain, a jugé bon de retirer le soutien de Caldeum à ce désert, laissant ses habitants livrés à eux-mêmes. Aujourd’hui, aucune caravane n’est en sécurité, et des réfugiés des Marches frappent aux portes de Caldeum en une vague incessante de vies humaines exilées, recherchant désespérément le salut qu’offrait autrefois notre ville. J’ai longuement parlé à nombre de ces malheureux, et leurs récits donneraient à réfléchir même au plus robuste aventurier. Bien que leurs histoires évoquant un culte secret résolu à lever une armée démoniaque soient de toute évidence enjolivées en raison de leur manque de connaissances de ces sujets, l’hystérie et la souffrance qu’ils expriment m’ont fait acquérir la conviction qu’un terrible phénomène hante effectivement les Marches.



Le lecteur requiert Flash