[phpBB Debug] PHP Notice: in file /var/www/templehoradrim.fr/includes/connexion.php on line 8: mysql_connect(): Headers and client library minor version mismatch. Headers:50544 Library:50625
 Druide - Temple Horadrim • Diablo

Membres
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

J'ai oublié mon mot de passe
Créer son compte.
Connexion automatique



Le Temple

Dossiers

Vidéos


Druide

Dans l'ancien tome des Druides, le Scéal Fada, on peut lire que Bul-Kathos, le grand roi mythique des tribus barbares, possédait un conseiller mystérieux mais loyal, que l'on ne connaissait que sous le nom de Fiacla-Géar. Cet homme est parfois décrit comme l'ami le plus proche de Bul-Kathos. Parfois, on dit aussi de lui qu'il était son frère. Quelle que fut leur véritable relation, ils étaient très proches l'un de l'autre et ils partageaient les secrets des Anciens : les mystères enfouis sous les roches du Mont Arreat, les obligations fidéistes imposées à leur peuple pour protéger ces secrets, les prophéties concernant les heures sombres à venir. Ils s'accordaient à penser que, pour remplir ses devoirs sacrés, leur peuple devait se consacrer à préserver cette charge. Cependant, ils n'étaient pas d'accord sur les moyens d'y parvenir.

Bul-Kathos pensait que les tribus ne pouvaient se consacrer loyalement à leur tâche pour les générations à venir que par la maîtrise des arts martiaux. Fiacla-Géar, au contraire, croyait que l'osmose spirituelle avec la terre qu'ils avaient promise de protéger pouvait seule conduire le peuple à comprendre véritablement le sens de sa mission. Tous deux accordaient à l'autre philosophie des mérites indéniables. Ainsi, au fil du temps, Bul-Kathos unit les tribus tandis que Fiacla-Géar rassemblait un petit groupe des plus grands aèdes-guerriers et chamans des tribus, puis se retirait mystérieusement avec eux dans les forêts du lieu-dit Scosglen. Là, lui et son peuple créèrent le premier Collège des Druides, de grandes tours minérales couvertes de vignes grimpantes et soigneusement cachées sous la canopée épaisse de la forêt. Ils y restèrent dès lors, se créant pour eux-mêmes un nouveau mode de vie. Ils bâtirent une nouvelle culture, avec son langage, et se coupèrent de leurs cousins barbares et de leurs moeurs, faisant le voeu de ne jamais retourner dans les Steppes du Mont Arreat avant l'heure du Uileloscadh Mór, la bataille finale entre les hommes des terres tangibles et les démons des Cercles Infernaux.

Là, se préparant au grand conflit à venir, Fiacla-Géar enseigna à son peuple le Caoi Dúlra, une manière de penser qui entretient l'harmonie avec les éléments naturels du monde, sa faune et sa flore, et il la plaça au coeur de ses croyances : ces éléments étaient la personnification même du monde que les Druides s'étaient juré de protéger. Caoi Dúlra n'était pas seulement la base de leur système de valeurs : son étude et sa pratique apprirent aux Druides à agir en lien avec les entités naturelles de Sanctuaire. Ce lien était si total qu'ils finirent par découvrir comment parler aux plantes et aux animaux et ces êtres leur enseignèrent tous les secrets du monde naturel. Ils leur apprirent comment appeler les animaux à distance, comment invoquer les plantes sensibles de la terre, comment se métamorphoser afin de partager les forces de leurs frères du monde animal et, jusqu'à un certain point, comment agir sur le temps.

Au Túr Dúlra, le plus grand des Collèges de Druides, se tient le chêne magnifique, Glór-an-Fháidha. Cet arbre est la source très révérée des enseignements des Druides. Sous ses branches, pendant des siècles, les Druides de Scosglen ont aiguisé leur puissant arsenal de magie naturelle ainsi que les aptitudes martiales héritées de leur ancienne famille barbare. Ils ont agi ainsi parce qu'ils se croient la dernière ligne de défense dont le monde bénéficiera à l'heure du grand conflit, et cette heure leur paraît proche. Transportés de fureur par la récente irruption des créatures des Cercles Infernaux et, au Leathdhiabhala, par la corruption démoniaque des créatures qu'ils avaient fait le voeu de protéger, les Druides, enfin, sont sortis de leur forêt et marchent à la rencontre des serviteurs du Chaos.

Les Druides méprisent l'usage de la magie traditionnelle, Dubhdroiacht dans leur langage. Ils préfèrent pratiquer une forme de magie fondée sur leur lien privilégié avec la nature. Grâce à leur intimité profonde avec le monde de Sanctuaire, les Druides ont la possibilité de commander au feu, à la terre et aux vents. Ils sont amis des animaux sauvages et peuvent invoquer leur aide dans l'adversité. Leurs rapports authentiques avec les animaux leur permettent également de changer de forme physique et de s'emparer de la force et des aptitudes de leurs compagnons sylvestres afin de mieux servir leur cause.


Eléments

Des années d'étude et une vie d'harmonie avec la nature ont donné aux Druides une empathie unique avec le monde qui les entoure. Ces aptitudes représentent la possibilité qu'ont les Druides d'influencer les forces de la nature. La qualité d'expert dans ces aptitudes leur permet de frapper leurs ennemis à distance, d'attaquer des groupes complets d'ennemis en même temps et même de se protéger des attaques élémentaires de leurs adversaires.


Métamorphose

Voici peut-être le plus impressionnant des pouvoirs des Druides. La métamorphose leur permet de manipuler leur propre matière. Ils peuvent ainsi se transformer afin de prendre les formes et les caractéristiques des animaux qu'ils ont jurés de protéger. Deux voies s'ouvrent aux Druides combattants : la voie de l'ours et la voie du loup. Certaines aptitudes de métamorphose ne sont disponibles que sous une seule forme animale, alors que d'autres sont communes au loup et à l'ours. Attention, pendant qu'ils sont transformés, les Druides perdent la capacité d'utiliser certaines aptitudes. Ainsi, le Druide sage invoquera les esprits dont il a besoin avant de se transformer.


Invocation

Il y a longtemps, dans leurs prières, les Druides implorèrent les esprits sacrés de la Nature. Les esprits furent émus par cette foi et répondirent à leur appel. Depuis ce temps, les esprits ont aidé les Druides de bien des manières, souvent en envoyant des membres de leurs légions. Un Druide connaissant le langage des esprits de la Nature peut faire appel à eux et à leurs puissants compagnons. Ces derniers appartiennent à trois catégories : les animaux totems, les végétaux intelligents et les esprits mineurs de la Nature.



Le lecteur requiert Flash